Ce site est en maintenance

 

L’ASSOCIATION

   

À LA SOURCE est une association d’accompagnement et de transmission artistiques fondée en 2016 au cœur des Alpes de Haute Provence par Lisa Diez, artiste pluridisciplinaire et Olivier Blond, comédien-clown-conteur.

 

Les origines

 

Après avoir pratiqué leurs arts pendant 20 ans au cœur de la capitale, ces deux-là décident de changer de vie. Jeunes parents, ils cherchent un quotidien plus doux, proche de la nature. Olivier Blond a ses racines à Forcalquier, c’est donc tout naturellement qu’ils décident de s’y installer. Passionnée par l’accompagnement et la transmission, convaincue que la pratique de l’art est vitale, Lisa Diez se forme à la médiation artistique. Ensembles, ils créent À la Source, afin de mettre leur expérience et leur savoir faire au service des autres.

   

Tout public

 

De l’atelier de peinture ou de théâtre ouvert à tous, à l’accompagnement de séminaires d’entreprise avec le clown, en passant par la réunion de personnes retraitées autour du collage, ou encore la mise en place d’ateliers éphémères d’écriture en plein centre commercial, les intervenants proposent aujourd’hui des dispositifs artistiques qui invitent un large public à entrer en création.

   

Tous créateurs

 

Lisa Diez et Olivier Blond sont convaincus de la nécessité de l’acte créateur, qui peut avoir plusieurs fonctions. Créer, c’est rencontrer l’autre et tisser du lien, c’est renouer avec des traditions culturelles, avec des mythes oubliés, avec des gestes oubliés, avec ses propres systèmes, c’est trouver ou retrouver un élan, c’est oser avoir confiance, c’est s’autoriser du temps pour soi, c’est se surprendre parfois ou se découvrir autre. Créer, c’est aussi, bien souvent, une manière de se recentrer, de se ressourcer.

   

Boite à outils

 

Lisa Diez et Olivier Blond ont plusieurs cordes à leurs arcs : les arts plastiques (dessin, peinture, collage, installations), l’art du clown, du comédien, du conteur, du metteur en scène, la réalisation audiovisuelle, et l’écriture. Ces pratiques, ils les traversent quotidiennement : ils en ont visité les nœuds, déjoué – ou non – les pièges, ils ont éprouvé la panoplie de sensations qu’elles procurent, de la plus amère à la plus douce, de la frustration à la jubilation.

   

Les chemins de la création

 

Leur accompagnement se situe juste là, dans l’exploration-même de la matière. Comme des guides au cœur d’un voyage, les intervenants permettent à l’autre d’avancer dans cette matière en lui proposant des chemins qui respectent ses mouvements, son rythme, ses tâtonnements, son souffle… En tant qu’artistes, Lisa Diez et Olivier Blond connaissent la liberté extraordinaire qu’offre l’espace imaginaire, pour peu qu’on puisse y accéder en toute confiance. L’essentiel ensuite, c’est la façon dont cet espace respire en chacun de nous et nous permet, parfois, de respirer autrement.

   

Sur mesure

 

Par conséquent, les artistes-intervenants savent que c’est en s’adaptant constamment aux besoins de chaque interlocuteur qu’ils pourront inventer des règles du jeu dynamiques, des chemins de création pertinents et stimulants, des cadres bienveillants : un parcours de l’écriture au jeu comique pour les ados, atelier peinture autour des paysages dans un camp de réfugiés, atelier d’écriture poétique pour les passants au sein d’une conférence, atelier prise de parole en séminaire d’entreprise, atelier « portrait d’arbres » pour des personnes âgées… Mais aussi des interventions performatives, notamment celles d’un clown, qui peut désamorcer des conflits et, là encore, créer du lien.

   

Tout-terrain

 

L’association ouvre donc aux habitants du département et de la région des ateliers hebdomadaires et des stages dans un lieu fixe, à déterminer. Elle s’adresse également aux institutions et aux établissements ; écoles, collèges, lycées, hôpitaux, cliniques, maisons de retraite, centres pénitentiaires, centres de réinsertion, d’éducation, d’animation. Elle s’adresse aux entreprises, aux ONG, et aux professionnels de l’art ; chorégraphes, peintres, metteurs en scène… Sans oublier les organisateurs d’évènements qui cherchent un moyen de faire participer les publics. Autant de lieux, de professions, où les équipes de travail, les pensionnaires, les élèves, les patients, les marginaux, les exilés, les artistes, les passants, peuvent être accompagnés par l’outil artistique, ou au sein même de leurs projets de création.

   

 

 

L’utilité de l’art, c’est de n’avoir aucune utilité. L’art a pour vocation de dire le non-dit, afin d’en alléger la charge. C’est un cri, un espace non censuré du désir, l’expression d’un droit à la différence que l’homme perd partout ailleurs.  E. Ionesco